Les derniers articles sur mon blog...

Peur que ça marche

Des entrepreneurs qui ont peur de l’échec et qui du coup sont bloqués, tu accompagnes ?

C'est la question que me posait récemment un partenaire soucieux de proposer de l'aide à ses clients.

Coaching Peur de se lancer kamil-pietrzak-H22w-tq0SeQ-unsplash.jpg

J'ai répondu par un triple oui :

  • Des entrepreneurs, oui
  • Des personnes qui ont peur de l’échec, oui
  • Des personnes qui sont bloquées parce qu’elles ont peur, oui

Et j'ai poursuivi avec une confidence : en fait les personnes ne sont pas tant bloquées par la peur de l’échec que par la peur de la réussite.

Peur de l'échec ou plutôt de la réussite ?

Bien souvent, si elles sont bloquées, si elles ne se lancent pas, c’est justement parce que ça pourrait marcher, avec des conséquences pour lesquelles elles ne sont pas prêtes.

J'ai raconté l'épicier qui ressentait le besoin de changer d’affaire, de se lancer dans un nouveau projet pour retrouver de l'enthousiasme. Il avait envie de vendre son épicerie et d'acheter autre chose, de se lancer un nouveau défi.

Il en parlait depuis un moment. Il s'avait exactement comment s'y prendre... mais il ne se lançait pas.

Dans l'échange j'avais entendu ce qui le réfrénait : il avait peur de trouver une affaire intéressante. Et oui, cela l'obligerait à faire déménager toute sa famille ou à renoncer à ce projet motivant et même à son rêve de changement !

Composer avec ses peurs

C'est une réalité qu'il est important de prendre en compte au début d'un accompagnement : si la personne sollicite de l'aide c'est qu'elle est vraiment motivée mais qu'elle vit des craintes à l'idée d'atteindre son objectif. Sinon il y serait déjà !

Mon rôle est de l'aider à en prendre conscience, à reconnaître ses peurs pour composer avec. C'est de cette façon que pourra se dissoudre le blocage et s'ouvrir de nouvelles voies.

Ouvrir de nouvelles voies

Et vous, qu'aimeriez-vous entreprendre, depuis un moment déjà ?

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

J'ai envie de me lancer

Je prends RDV avec Paule

 

(*) Je relate ici l'intervention de Tanguy LUNVEN le 28 avril 2022 dans le cadre du club Stratégie et Avenir 

 

Comme un soufflé

Comment rester motivé ?

Voilà une question que j'entends beaucoup chez les jeunes que j'accompagne. C'est pour eux une véritable inquiétude car ils ont l'expérience que leur motivation retombe souvent comme un soufflé.

Comment rester motivé ?

Coaching Soufflé.jpg

Une fois n'est pas coutume, j'utilise le tableau et nous cherchons ensemble ce qu'est la motivation :

Faire preuve de motivation =
mettre de l'énergie X dans la bonne direction X dans la durée

Et oui, si elle ne dure pas, la motivation n'aura été qu'un feu de paille !

Mais au fait, comment démarre la motivation ? Chacun peut percevoir que le déclic vient d'un ressenti agréable : curiosité, joie, plaisir... Les neurosciences l'ont démontré : la motivation naît d'une émotion agréable, de l'ordre de la joie.

La motivation est déclenchée par une émotion agréable

A contrario, la peur fait fuir et c'est donc un non sens d'espérer motiver en suscitant de la peur. C'est aussi ce qui explique nombre de chutes de motivation : que la peur d'échouer surgisse et c'est la fuite !

Illustration avec Johann. Je lui ai proposé de réaliser un poster sur son avenir. A distance, je le vois dessiner avec beaucoup d'application, du moins au départ. Quand il semble avoir terminé, je lui demande de le commenter. Et bien voilà, un échec, dit-il en me montrant un gros gribouillage.

Pour autant, il me raconte comment il se voit demain. S'en suit une longue et belle discussion entre nous, sur la vie, l'amour, l'adolescence et ses dangers… Tout en discutant, il finit par accrocher son poster au mur. Aussi je le relance : Et c'est quoi le rapport entre ce poster et vous ?

Et bien vous avez raison madame, il y a un rapport. C'est comme je l'expliquais ce matin : je n'arrive pas à aller au bout des choses. J'avais dessiné tout le personnage, super bien, il ne manquait plus que la tête. Quand j'ai vu le menton, pas comme je voulais, j'ai tout gribouillé pour cacher.

Sentiment d'échec, fuite... et l’œuvre qui s'annonçait riche s'est brutalement arrêtée.

La peur de l'échec fait chuter la motivation

Alors comment rester motivé ?

Persévérer est une décision.

Au delà du désir qui a déclenché notre motivation, dans la zone limbique du cerveau, nous devons basculer dans le cortex pré-frontal.

Cette zone du cerveau est spécifique de l'être humain, plus élaborée et aussi plus lente. C'est là où se situe notre capacité à nous projeter.

C'est grâce à cela que nous pouvons choisir de faire quelque chose, même si ce n'est pas agréable, parce que nous y voyons un intérêt.

Nous pouvons choisir de rester motivé par intérêt

Bonne nouvelle, n'est-ce pas ?

J'en ajoute une lorsque j'accompagne des jeunes : le développement du cortex préfrontal n'est pas achevé avant 21 ans.

Croyez-moi, ça les rassure aussi de savoir que leurs efforts pour se motiver pourraient devenir plus fructueux avec le temps.

Et vous, comment parvenez-vous à vous motiver ?

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

J'ai envie de travailler ma motivation avec bienveillance

Je prends RDV avec Paule

 

Utopie ou réalité ?

On ne promet rien aux jeunes générations, ni retraite, ni monde meilleur, ni…

Autant dire qu'elles n'accepteront pas de s'investir dans nos entreprises si elles n'y trouvent pas la bienveillance, affirme Olivier Truong*.

Bienveillance : Inclination à vouloir du bien à autrui

Coaching Main tendue Crédit hanna-morris-Eu_jjK6Z67Q-unsplash.jpg

Rien à voir avec la gentillesse, qui veut faire plaisir. Il n'y a pas de bienveillance sans exigence. Il n'y a pas non plus d'exigence possible à long terme sans bienveillance, d'où l'obligation de cultiver la bienveillance en entreprise si l'on espère y retenir les jeunes !

Pourquoi est-ce si difficile d'installer la bienveillance ?

C'est qu'il y a en nous des peurs :

  • la peur d'être mangé, qui réactive le repli sur soi et la méfiance
  • la peur d'être abandonné, qui rend capable de méchanceté pour continuer à faire partie du groupe
  • la peur de ne pas être reconnu comme unique, qui rend capable de voler le travail de l'autre et appauvrit la coopération

Il y a aussi des toxiques, qui mettent à mal la confiance :

  • les dictateurs, souvent des petits chefs que la peur pousse au contrôle
  • les pervers narcissiques, qui manipulent l'autre à leur profit (5%)
  • les courtisans, dont les managers perçoivent plus ou moins les intentions

Il y a enfin des organisations déficientes :

  • hyper centralisées, qui suscitent l'obéissance, d'où des petits chefs
  • hyper compétitives, qui induisent la tendance à se mesurer aux autres, d'où des pervers narcissiques
  • floues, qui suscitent les manœuvres, d'où des courtisans

Trois pistes pour installer la bienveillance

Mettre en place une philosophie humaniste avec :

  • le principe de subsidiarité, qui consiste à ne jamais remonter au niveau supérieur une décision qui peut être prise au niveau inférieur
  • le principe de responsabilité du résultat, nécessitant le pouvoir sur les moyens
  • la clarté des territoires et le fonctionnement en mode projet

S'accorder sur les règles de fonctionnement (code de conduite)

Choisir des managers bienveillants :

  • qui donnent du sens : pour quoi on fait les choses et pas comment on les fait
  • qui croient en leurs collaborateurs et ne les enferment pas dans des catégories
  • qui pratiquent la justice et l'équité

Est-ce une utopie ?

Plutôt une possible réalité… avec du courage et du temps !

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

J'ai envie de cultiver la bienveillance

Je prends RDV avec Paule

 

(*) Je relate ici sa conférence du 25 mars 2021 dans le cadre du Club Stratégie et Avenir