Pont-à-Mousson, Nancy, Metz et à distance

Chemin dans la dune

Perso

  • Le conférencier développait différentes façons d'apprendre selon les personnes.

    Il évoquait celles qui ont besoin de bouger, illustrant son propos en décrivant celles dont le pied se balance sous la table tandis qu'elles réfléchissent : « Vous comprenez, c'est comme le balancier de l'horloge. Si vous le bloquez, l'horloge s'arrête. »

    L'image m'a choquée. C'est que j'ai souvent pesté contre ces jambes qui tressautaient sous la table. J'ai souvent eu envie de les stopper net !

    Certains ont besoin de bouger pour apprendre ou réfléchir

    Cela a probablement aidé à ce que, par la suite, je m'amuse de voir mon fils plonger la tête dans le canapé et dresser ses jambes vers le plafond pour apprendre sa leçon, ou encore tourner en rond tel un sioux autour de mon

    ...
  • Sans doute connaissez-vous des personnes qui voulaient tellement, qui ont tout essayé sans jamais obtenir ce qu'elles désiraient, jusqu'au jour où elles ont lâché prise, tourné la page, et là, ironie du sort, ce qu'elles n'attendaient plus s'est produit.

    Parfois la volonté fait obstacle !

    C'est typiquement le couple qui essayait depuis plusieurs années de faire un enfant. Leur vie entière tournait autour de ce projet. Plus personne n'osait demander des nouvelles.

    Et puis un jour ils sont passés à autre chose, ils ont acheté une maison, se sont lancés dans des travaux... et un bébé s'est annoncé.

    Peut-être que vous trouvez cette histoire agaçante, parce que vous-même vous êtes en train de

    Il y a de nombreuses façons de constater que notre société évolue à grande vitesse.

    Pour ma part c'est au contact des jeunes que j'en prends le plus conscience. Cela fait six ans que je les accompagne dans leur orientation. C'est à la fois beaucoup d'expérience et pas tant d'années que ça. Pourtant, plusieurs fois déjà, j'ai remarqué comme des changements de génération.

    Des générations qui se succèdent

    La première fois j'avais sollicité une supervision car je m'inquiétais : certains lycéens n'adhéraient pas comme d'habitude

    ...
  • Au quotidien, nous sommes souvent accaparés par le matériel, les choses à faire, les relations à gérer... Ce n'est que plus rarement que nous philosophons.

    Et pourtant, l'air de rien, nos façons de penser et d'agir sont influencées par les représentations que nous nous faisons de la vie.

    Nos représentations de la vie influencent nos pensées et comportements

    Besoin d'exemple ?

    Inspirons-nous par exemple du cinéma : « La vie est un long fleuve tranquille », « La vie est belle », deux bien belles affirmations. La première est pointée comme étant trop naïve, la deuxième est au contraire une décision de positiver.

    Et vous, quelles sont vos représentations de la vie ?

    A vous interroger, vous découvrirez probablement qu'elles sont anciennes

    ...
  • Curieux comme nous avons parfois tendance à regretter une situation sans même avoir imaginé la transformer.

    Bien sûr nous ne pouvons rien à la couleur du ciel lorsque nous ouvrons les volets le matin. En revanche nous avons le choix de la réaction. Si, si...

    Quand ce n'est pas confortable...

    Je me rappelle de cet automne où il ne cessait de pleuvoir, énormément, depuis plusieurs semaines. Cela occupait les conversations. Tout le monde se plaignait.

    Moi-même, alors qu'objectivement cela ne me gênait pas du tout puisque j'étais à l'abri et que je n'avais pas besoin de sortir, à chaque fois que j'entendais la pluie redémarrer, que je voyais les trombes d'eau par la fenêtre, une plainte m'échappait.

    Je me suis rendue compte de cet automatisme et

    ...
  • Julien sait enfin ce qu'il veut faire dans la vie.

    Il a découvert le soin aux animaux. Il se donne à fond comme bénévole. Il veut en faire son métier. Son projet n'emballe guère ses parents qui avait imaginé d'autres études. Et puis, comme il a déjà 24 ans, pour réaliser son projet il veut commencer par gagner son autonomie financière, trouver un travail.

    Il semble motivé.

    Pourtant, rapidement Julien se décourage. Il a l'impression d'avoir fait tout ce qu'il fallait, sans succès. Il baisse les bras.

    « Hey Julien, il ne suffit pas que le hamster saute avec enthousiasme dans la

    ...
  • Quand est-ce que vous êtes vraiment bien ?

    Dans l'eau, avais-je répondu. Je peux passer des heures au fond de la piscine, à descendre et remonter inlassablement. Mon interlocuteur m'avait proposé de m'inspirer de cet exemple pour cultiver le bien-être dans d'autres circonstances.

    C'est une méthode éprouvée : s'inspirer de ce qui marche.

    Mais cela demande de la méthode justement. Il ne s'agit pas de constater l'écart entre ce qui nous semble idéal et notre résultat du moment. Ce serait décourageant. Non, il s'agit d'analyser les modalités associées à ce bel

    ...
  • Mes clients et patients arrivent généralement avec beaucoup de jugement sur eux-même.

    Ils s'en veulent d'en être encore là malgré leur volonté de transformation. Or, si au départ le jugement a pu les piquer au vif et les stimuler, à ce stade il leur fait mal et les démobilise. Il est un obstacle au progrès.

    Le jugement démobilise

    J'accueille.

    Un jour les barrières du jugement et de la culpabilité s'effondrent, les voix qui sifflent « il faut », « je dois » se taisent.

    Alors une grande porte s'ouvre. Les ressources bloquées jusque là peuvent produire leurs effets et la transformation commence, parfois impressionnante.

    Je salue.

    Puis, pour aller vraiment plus loin, vient le moment d'...

  • Dans mon métier d'accompagnement, et plus encore de supervision des autres professionnels, j'ai appris à être très attentive aux processus parallèles.

    Qu'est-ce qu'un processus parallèle ?

    Un ami vous sollicite pour l'aider à prendre une décision.

    Il commence à vous décrire les différentes possibilités. Vous suivez avec beaucoup d'attention, mais voilà qu'au bout de quelques minutes vous êtes complètement perdu... comme lui.

    Il n'a pas tant besoin d'aide pour décider que pour s'y retrouver dans sa réflexion !

    Accompagné et Accompagnant sont dans un bateau

    L'exemple est

    ...
  • Lorsque quelque chose nous résiste, nous cherchons à comprendre pourquoi.

    De fait, lorsque nous trouvons une explication, cela nous permet souvent de lever le blocage et de parvenir à nos fins. Souvent, mais parfois non, et c'est là qu'il devient intéressant de solliciter de l'aide.

    J'explique à mes clients que nous allons travailler à un autre niveau.

    Qu'importe le pourquoi – ce n'est plus utile à ce stade – nous allons plutôt chercher comment : ...

  • Aujourd'hui les enjeux environnementaux et sociétaux sont énormes.

    Les appels à ouvrir les yeux et à se mobiliser se multiplient. Nous sommes de plus en plus nombreux à les prendre au sérieux... en même temps que nous nous laissons reprendre par nos contradictions. 

    Les enjeux environnementaux et sociétaux sont énormes 

    Pour autant, nous sommes vraiment à un point de bascule de la mobilisation :

    • consommateurs, qui font de leurs actes d'achat un acte de vote (déjà 11 M d'utilisateurs de Yuka dont la note devient un critère pour le référencement de nouveaux produits dans les grandes surfaces)
    • salariés, qui estiment que le sens au travail est important (87 %)
    • étudiants, pour qui le sens est le premier critère de choix
    ...
  • Face à une décision à prendre, dès lors qu'il y a de l'humain en jeu, il y a de l'incertitude : je ne sais pas comment l'autre va réagir.

    Alors, puisqu'il n'y a aucune façon d'échapper à l'incertitude, autant l'embrasser, lance Vincent Desportes* !

    Accepter l'incertitude 

    De toute manière, il est impossible de prévoir ce qui se passera car la réalité n'existe pas : elle n'est que perception, chacun la sienne. Il n'y a de vérités que partielles, relatives, temporaires.

    Il est donc utile que je m'entoure de personnes pour éclairer mes trous noirs.

    Quoi qu'on en dise,

    Lorsque nous reconnaissons que notre situation ne nous plaît pas, que nous aimerions vivre autre chose mais que nous n'y parvenons pas, ce n'est pas facile pour autant d'oser solliciter de l'aide, d'envisager un accompagnement.

    Des années pour gagner notre autonomie

    C'est que nous avons mis une vingtaine d'année, peut-être davantage, à gagner notre autonomie par rapport à nos parents et éducateurs.

    Nous avons franchi bien des étapes avant de démontrer que nous pouvions désormais nous débrouiller seul·e. Il nous a même fallu repousser l'aide qu'on nous proposait encore...

    C'est ce qu'expriment les plus jeunes lorsqu'ils ont accepté de se laisser accompagner et que nous clôturons l'accompagnement :

    • Anthony qui cherchait sa voie :
    ...
  • Je m'en amuse à chaque fin d'accompagnement :

    au moment de partir la personne est émue, elle me salue avec beaucoup d'effusion, poignée de main appuyée, regard soutenu... et immanquablement vient la promesse de me donner des nouvelles.

    Je suis touchée de ce qui se passe pour elle :

    elle est contente du chemin parcouru, elle mesure combien l'accompagnement a été précieux pour en arriver là. Elle est pleine de gratitude et cherche à manifester sa reconnaissance.

    Reconnaissance du chemin parcouru

    J'apprécie ce moment chaleureux : je suis contente pour elle, pour sa confiance retrouvée dans l'avenir.

    Tout le mérite lui revient : celui d'avoir espéré mieux pour elle-même, d'avoir osé solliciter de l'aide, de s'être laissée accompagner et

    ...
  • Renée Rivest* nous invita à fermer les yeux et à visualiser une belle prairie fleurie.

    Elle nous fit remarquer qu'elle était en pente et nous proposa de nous mettre en chemin vers le sommet. Là-haut, la vue devait être grandiose et elle nous incita à presser le pas.

    Elle nous poussa à courir, de plus en plus vite. Tout en haut c'était une falaise, elle nous exhorta à sauter !

    Après quelques secondes de silence, elle nous proposa d'ouvrir les yeux et pris le temps d'accueillir ce que nous venions de vivre.

    Tout le monde avait-il sauté ? Non, quelques-uns avaient refusé.

    Que s'était-il passé pour les autres ? Ils avaient ouvert leur parachute, d'autres s'étaient découvert des ailes... Moi je tombais encore et je trouvais qu'elle était gonflée de

    ...
  • Comment faire lorsque lorsque quelque chose ou quelqu'un nous résiste ?

    Peut-être faut-il commencer par regarder comment nous nous y prenons toujours de la même manière, en espérant un résultat différent !

    J'ai beaucoup aimé entendre Maximilien Brabec* sur ce sujet. Il était venu nous parler d'innovation et il tenait à nous faire comprendre que nos connaissances nous empêchent d'innover. Alors il relata une expérience : celle de la mouche et de l'abeille.

    Imaginez un tube dans lequel on fait entrer une abeille. Très vite l'abeille apprend qu'il y a une sortie à l'autre bout pour s'échapper et dès, qu'on la fait entrer dans le tube, elle file vers la sortie.

    Lorsque l'on réalise la même expérience avec une mouche, elle vole en tout sens, se cogne partout

    ...
  • Ce n'est pas votre genre mais c'est plus fort que vous :

    • à chaque fois que vous apercevez une araignée vous sautez en l'air
    • dès que vous rencontrez cette personne, vous avez la boule au ventre
    • à chaque fois que vous passez par là, vous êtes sur le qui-vive

    Pourtant ce n'est pas votre genre ! Juste une phobie...

    Cette réaction irrépressible

    Et si vous preniez le temps d'un Switch pour vous débarrasser de ça ?

    Qu'est-ce qu'un

    Cécile est une battante.

    Démarrant au bas de l'échelle, elle est arrivée tout en haut. Bosseuse, elle s'est éclatée dans son boulot pendant des années...

    Des relations malsaines au piège pervers

    Mais ça c'était avant.

    La roue a tourné, des relations malsaines se sont installées dans l'entreprise. Elle ne voulait pas y croire mais avec le temps un redoutable piège s'est refermé sur elle : un piège pervers.

    Elle comprend tout ça, qu'il n'y a plus d'espoir. Elle a un projet alternatif mais pas le courage pour s'y lancer. Toute sa force, elle la met dans cette lutte pour ne pas donner raison à ceux qui lui veulent du mal.

    Des pièges de ce genre, il y en a plein partout aujourd'hui et ce ne sont pas les faibles qui les subissent. Au

    ...
  • De nombreux parents s'en inquiètent, les auto-écoles avouent leur impuissance : les inscriptions pour la préparation au permis de conduire restent longtemps sans suite.

    Bien sûr, on peut tenter des explications à cette désaffection des jeunes pour le précieux sésame :

    • une moindre envie de se projeter dans la vie d'adulte telle que nous l'incarnons (métro/boulot/dodo)
    • de nouvelles facilités de transport telles que le covoiturage
    • la liberté d'explorer le monde et de faire des rencontres avec son smartphone...

    Les jeunes se désintéressent de ce qui nous

    ...
  • Nos façons d'être en relation ont évolué avec l'arrivée des écrans

    Serge Tisseron* l'explique par l'émergence d'une culture des écrans comme il y avait une culture du livre.

    L'une et l'autre véhiculent des repères et des valeurs spécifiques. De l'une à l'autre se produisent 4 grands changements.

    Dans la relation au savoir

    • hier c'était la culture du Un (un seul lecteur, un seul auteur, imprimé c'est définitif...) et le savoir descendait verticalement,
    • aujourd'hui c'est la culture du Multiple (à plusieurs derrière l'écran, plusieurs créateurs, tout est provisoire...) et le savoir se déploie horizontalement dans des directions multiples.

    Dans la relation aux apprentissages

Mes derniers billets de blog